Les problèmes buccaux-dentaires de Tato

Les problèmes buccaux-dentaires de Tato Screenshot 2017 05 14 14
Solidarity thoughts
novembre 17, 2016
Les problèmes buccaux-dentaires de Tato admin ajax
Mon premier arbre à chats
janvier 5, 2017
Les problèmes buccaux-dentaires de Tato IMG 2243

Lire en: en  Les problèmes buccaux-dentaires de Tato en es  Les problèmes buccaux-dentaires de Tato es

L’été passé fut un moment difficile pour Tato. Il le passa entre deux maisons dans l’espoir de trouver de la nourriture qui lui convienne, alors que nous ne la lui avons jamais refusé. Malheureusement il souffrait en mangeant. Je ne l’ai pas tout suite remarqué car Tato n’habitait plus chez moi mais chez mon voisin. Puis, à intervalles chaque fois plus rapprochés, il est revenu. Je travaillais jusque tard dans la nuit, mais il semblait avoir épié mes allées et venues car il était là, à attendre.  Il mangeait quelque peu puis soudainement s’en allait en criant.

Le voisin me fit la description des même symptômes –  il l’emmènerait chez le vétérinaire. Je ne me préoccupais donc plus. Mais le temps passa et rien. Puis le voisin annonça qu’il devait partir. Tato était en réalité déjà plus ici, il avait de lui même « émigré ». Ce fut un moment d’observation qui me permit de voir qu’il ne pouvait plus du tout manger ses croquettes. Quelques boites faisaient ces délices mais seules les moins grasses lui permettaient de se nourrir un tant soit peu. Il perdait du poids.

Je pris rendez-vous, le vétérinaire lui diagnostiqua une Stomatite. J’obtins un prix pour le nettoyage buccal après lequel on me certifia que tout irait bien. Malheureusement, il n’en fut rien. Sa capacité à manger sans douleur ne changea pas – il commençait même à craindre les assiettes, comme si je lui voulais du mal.

Cette fois, je l’emmenais chez mon véto habituel, qui tout de suite annonça une terrible nouvelle. Derrière la Stomatite, il y avait probablement un Fel-V ou une leucémie féline. Il fallait tester son sang à la recherche des ses deux maladies qui sont souvent le lot des chats ayant eu beaucoup de bagarres, ou en tous les cas issus d’une vie de vagabondage.  Tato est positif Fel-V (immunodéficience).

Nous ne sommes plus un foyer sain 100%.  Tato est positif et je dois vérifier dans le cas de Bagueera,  ses dernières analyses, n’étaient pas très claires. Cette maladie n’ayant pas de remède, il s’agît maintenant de faire en sorte que Tato reste au chaud, ne se bagarre plus et également qu’il ne morde personne de la maison. Heureusement son époque de bagarres est bien loin derrière. Il passe ses journées entre sieste ici ou là et quelques apparitions dans la cuisine, lorsqu’il a faim. En somme, une vie tranquille avec de toutes nouvelles habitudes. Je ne sais pas quel âge il a, mais l’apparition de moustaches blanches, m’indique un 3ème âge félin.

Pour info, la Stomatite:

  • La stomatite féline, en dépit du nom étrange, est en fait une maladie orale chronique douloureuse chez les chats.
  • Cette affection est considérée de nature auto-immune. Chez les chats atteints de la maladie, le système immunitaire réagit de manière excessive à la plaque dentaire, ce qui déclenche une réaction inflammatoire souvent exagérée dans les tissus de la bouche, de la gorge et même de l’os sous-jacent.
  • Puisque la stomatite féline est très douloureuse, les symptômes chez les félins peuvent inclure des changements de comportement et une réticence à manger, ce qui peut déclencher la déshydratation, la perte de poids et de masse musculaire. D’autres signes de la maladie sont baver excessivement, une mauvaise haleine et une sensation de picotement à la bouche.
  • Le traitement des cas avancés de stomatite féline implique l’extraction complète de la dentition. Aussi drastique que cette option semble, c’est la seule façon de fournir un soulagement à long terme et un retour à la santé pour les chats souffrant de la maladie.
  • Il est possible de prévenir et de gérer de façon proactive les cas légers à modérés avec des soins dentaires à domicile réguliers, des examens et des nettoyages professionnels réguliers, un régime anti-inflammatoire et l’utilisation de suppléments et d’autres agents naturels pour contrôler l’inflammation systémique et favoriser la santé buccodentaire.

A l’heure actuelle, on lui administre une injection d’anti-inflammatoires dès qu’il recommence à saliver en excès. L’effet dure à peine un mois. Cette salivation m’indique où est l’inflammation. Sa médication, pour l’instant, est suffisante pour qu’il puisse manger.

Mais sa nourriture a tout de même un peu changer. Ses croquettes sont servies « cuites », c’est-à-dire que je verse de l’eau bouillante dessus pour les ramollir. Ajoutés à cette mixture, du thon ou une boîte pour que tout soit bien meilleur encore, mais aussi, pour que le médicament passe inaperçu. C’est un potage, qui pour l’instant, a du succès. Mais cela veut aussi dire qu’il doit attendre sur moi. Car, à part les toutes petites croquettes de chatons, je ne l’ai plus vu s’essayer aux croquettes d’adulte. En cas, de grosse faim, je sais qu’il a toujours cette option, c’est rassurant.

Pour l’instant, tout va bien. Mais je pense qu’un de ces jours nous devrons penser sérieusement à l’option la plus drastique et qui me paraît brutal… l’extraction de ses belle dents.  Bon, on va attendre un peu.

Comments are closed.